Covid-19. Pour quels motifs impérieux peut-on encore voyager à l'étranger ?

Le durcissement des mesures annoncées vendredi soir par Jean Castex concerne aussi les voyageurs. Toute entrée en France et toute sortie du territoire à destination ou en provenance d’un pays extérieur à l’Union européenne sera interdite, sauf motif impérieux, à partir de dimanche 31 janvier, minuit. Familiaux, professionnels… Quels sont les motifs impérieux ?


Face à la circulation très active du Covid-19 et de ses variants, la France se barricade et mise sur une stricte limitation des déplacements à l’étranger. « Toute entrée en France et toute sortie de notre territoire à destination ou en provenance d’un pays extérieur à l’Union européenne sera interdite, sauf motif impérieux, à partir de dimanche minuit », a déclaré Jean Castex, vendredi soir, à l’issue d’un Conseil de défense.


21 motifs impérieux (mais quels sont-ils?)

Les passagers souhaitant se rendre dans un pays extérieur à l’Union européenne ou venant de l’étranger devront désormais justifier leur voyage d’un motif impérieux. Ils devront se munir d’une attestation de déplacement international, disponible sur le site du ministère de l’Intérieur. ET sur https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/je-pars-a-l-etranger/ Cette attestation est à présenter aux compagnies aériennes, avant l’embarquement. Le défaut de présentation de ces pièces est passible d’un refus d’embarquement.

+ Téléchargez l’attestation de déplacement vers la France depuis un pays extérieur à l’espace européen

+ Téléchargez l’attestation de déplacement vers la France depuis le Royaume-Uni


Il existe 21 motifs impérieux à cocher de l’ordre de l’impératif familial, professionnel ou de santé. Parmi lesquels : Ressortissant de pays tiers titulaire d’un visa de long séjour délivré au titre du regroupement familial ; ressortissant de pays tiers se rendant en France pour recevoir des soins dans un établissement hospitalier public ou privé ; ou encore : ressortissant étranger de pays tiers séjournant en France pour motif professionnel impérieux sous couvert d’un ordre de mission émis par l’État d’appartenance.