top of page

En Thaïlande, le Covid propage la pauvreté et la famine

Des milliers de personnes, bloquées et privées de revenus, doivent s’en remettre aux distributions d’aide alimentaire et se disent prêtes à tout pour survivre.

La scène est devenue trop familière à Bangkok. Tous les après-midi, dans le quartier historique de Rattanakosin, de longues files de silhouettes masquées attendent, sous un soleil de plomb, que le camion décharge. Il est quatorze heures, il fait plus de 40 degrés, les volontaires se pressent, pour commencer au plus vite la distribution d’aide. Dans les sacs en plastique, un paquet de chips, un sachet de riz gluant, un carton de lait, une bouteille d’eau. Deux policiers s’assurent que tout se déroule dans le calme et incitent – en vain – à travers un haut-parleur à respecter les distances de sécurité. Beaucoup portent des casquettes. Tout le monde baisse la tête, par honte et par crainte de reconnaître des amis ou des voisins dans la foule des nécessiteux. «Tous les jours, on voit arriver des centaines de personnes supplémentaires, raconte une des volontaires. En ce moment, les Thaïlandais modestes souffrent réellement de la faim.» Ceux-là ne sont pas des habitués de la mendicité, mais des travailleurs du secteur informel, souvent liés au tourisme : des chauffeurs de taxi, des vendeurs de rue, du personnel des hôtels… A Pattaya, une cité balnéaire vivant essentiellement du tourisme, une distribution gratuite de petits-déjeuners a créé un attroupement de plusieurs milliers de personnes dès 4 heures du matin il y a quelques jours.

Thaïlande Evasion a crée une cagnotte, pour soutenir nos partenaires.

Soutenez-nous : 1€=1 repas


コメント


bottom of page